BERNARD's words on his work

Collection by L'Art au Présent

21 
Pins
 • 
296 
Followers

Emile BERNARD en 1904 : « Je ne crains pas de vous dire que je crois fermement que c'est dans l'homme, ce creuset, que repose le génie. Notre étroit rapport intime avec le monde visible nous conduit, par l'intelligence, bien au delà de lui ; notre âme immortelle est plus grande que la matière qui l'enserre. » « […] pour avoir une vision droite, il faut avoir un cœur droit, et pour voir le beau, il faut être bon. » (Conversation avec Cézanne) - See other words on File "Description".

L'Art au Présent
BERNARD Emile - Saint-Briac   « Je vais quelquefois contempler le coucher du soleil devant une étendue de ciel sans limite. Je vois l’astre se coucher dorant la plaine et la colline : le chant d’un paysan montant jusqu’à moi me fait songer que la poésie règne toujours parmi ceux qui ne peuvent la comprendre et que ce paysan par sa chanson envolée est une image sublime de l’homme devant la nature.»  (Emile BERNARD à ses parents, Ribay, 28 avril 1886)

BERNARD Emile - Saint-Briac « Je vais quelquefois contempler le coucher du soleil devant une étendue de ciel sans limite. Je vois l’astre se coucher dorant la plaine et la colline : le chant d’un paysan montant jusqu’à moi me fait songer que la poésie règne toujours parmi ceux qui ne peuvent la comprendre et que ce paysan par sa chanson envolée est une image sublime de l’homme devant la nature.» (Emile BERNARD à ses parents, Ribay, 28 avril 1886)

BERNARD Emile,1886 - Two Breton Women in a Meadow (Bretonnes - Prairie) -   « Je vais quelquefois contempler le coucher du soleil devant une étendue de ciel sans limite. Je vois l’astre se coucher dorant la plaine et la colline : le chant d’un paysan montant jusqu’à moi me fait songer que la poésie règne toujours parmi ceux qui ne peuvent la comprendre et que ce paysan par sa chanson envolée est une image sublime de l’homme devant la nature.»  (Emile BERNARD à ses parents, Ribay, 28 avril…

BERNARD Emile,1886 - Two Breton Women in a Meadow (Bretonnes - Prairie) - « Je vais quelquefois contempler le coucher du soleil devant une étendue de ciel sans limite. Je vois l’astre se coucher dorant la plaine et la colline : le chant d’un paysan montant jusqu’à moi me fait songer que la poésie règne toujours parmi ceux qui ne peuvent la comprendre et que ce paysan par sa chanson envolée est une image sublime de l’homme devant la nature.» (Emile BERNARD à ses parents, Ribay, 28 avril…

BERNARD Emile,1886 - Paysage Saint-Briac -    « Le tout pousse à l’aise pêle-mêle, herbes, fleurs ; ainsi le soir quand tout s’endort, la touffe de l’arbre est vue sous le ciel, comme des nuages, des senteurs délicieuses émanent de ces plaines immenses et embaument la vallée. » (Emile BERNARD à ses parents, Ribay, 28 avril 1886)

BERNARD Emile,1886 - Paysage Saint-Briac - « Le tout pousse à l’aise pêle-mêle, herbes, fleurs ; ainsi le soir quand tout s’endort, la touffe de l’arbre est vue sous le ciel, comme des nuages, des senteurs délicieuses émanent de ces plaines immenses et embaument la vallée. » (Emile BERNARD à ses parents, Ribay, 28 avril 1886)

BERNARD Emile,1887 - Pots de Grès et Pommes (Orsay) -  (Still-life, pot and apples) -   « La mémoire ne retient pas tout, mais ce qui frappe l’esprit. Donc formes et couleurs devenaient simples, dans une égale unité. En peignant de mémoire, j’avais l’avantage d’abolir l’inutile complication des formes et des tons ; il restait un schéma du spectacle regardé. » (Emile BERNARD)

Still-life, pot and apples (Nature-morte, pot de grés et pommes), N/D Oil on canvas by Emile Bernard

Still-life, pot and apples (Nature-morte, pot de grés et pommes), N/D Oil on canvas by Emile Bernard. Artwork Type: Painting;

BERNARD Emile,1887 - Vincent van Gogh se rendant au Motif à Asnières -   « La mémoire ne retient pas tout, mais ce qui frappe l’esprit. Donc formes et couleurs devenaient simples, dans une égale unité. En peignant de mémoire, j’avais l’avantage d’abolir l’inutile complication des formes et des tons ; il restait un schéma du spectacle regardé. » (Emile BERNARD)

Vincent van Gogh se rendant au motif à Asnières by Emile Bernard

Vincent van Gogh se rendant au motif à Asnières by Emile Bernard. Artwork Type: Painting; Medium: Oil on panel;

BERNARD Emile,1889 - Breton Peasants -   « La mémoire ne retient pas tout, mais ce qui frappe l’esprit. Donc formes et couleurs devenaient simples, dans une égale unité. En peignant de mémoire, j’avais l’avantage d’abolir l’inutile complication des formes et des tons ; il restait un schéma du spectacle regardé. » (Emile BERNARD)

BERNARD Emile,1889 - Breton Peasants - « La mémoire ne retient pas tout, mais ce qui frappe l’esprit. Donc formes et couleurs devenaient simples, dans une égale unité. En peignant de mémoire, j’avais l’avantage d’abolir l’inutile complication des formes et des tons ; il restait un schéma du spectacle regardé. » (Emile BERNARD)

BERNARD Emile,1889 - Petit Garcon au Canotier -   « Faire une peinture d’idées au rebours de la peinture naturaliste des impressionnistes, non par contradiction, mais par besoin de mon esprit… Comment représenter les choses ? ma réponse me parut simple. Puisque l’idée est la forme des choses recueillies par l’imagination, il fallait peindre, non plus devant la chose mais en la reprenant dans l’imagination qui l’avait recueillie, qui en conservait l’idée. » (Emile Bernard)

BERNARD Emile,1889 - Petit Garcon au Canotier - « Faire une peinture d’idées au rebours de la peinture naturaliste des impressionnistes, non par contradiction, mais par besoin de mon esprit… Comment représenter les choses ? ma réponse me parut simple. Puisque l’idée est la forme des choses recueillies par l’imagination, il fallait peindre, non plus devant la chose mais en la reprenant dans l’imagination qui l’avait recueillie, qui en conservait l’idée. » (Emile Bernard)

BERNARD Emile,1890 - Pietà -   « La mémoire ne retient pas tout, mais ce qui frappe l’esprit. Donc formes et couleurs devenaient simples, dans une égale unité. En peignant de mémoire, j’avais l’avantage d’abolir l’inutile complication des formes et des tons ; il restait un schéma du spectacle regardé. » (Emile BERNARD)

Pietà, 1890 by Emile Bernard

Pietà, 1890 by Emile Bernard. Artwork Type: Painting;

BERNARD Emile,1890 - Three Bathers -   « La mémoire ne retient pas tout, mais ce qui frappe l’esprit. Donc formes et couleurs devenaient simples, dans une égale unité. En peignant de mémoire, j’avais l’avantage d’abolir l’inutile complication des formes et des tons ; il restait un schéma du spectacle regardé. » (Emile BERNARD)

Bernard, Emile (1868-1941) - 1890 Three Bathers

Emile Bernard (Encyclopaedia Britannica) French painter who is sometimes credited with founding Cloisonnism (see Pont-Aven school; Synthetism). He was noted for his friendships with such artists as Vincent van Gogh, Paul Gauguin, Odilon Redon, and Paul Cezanne. In 1886 Bernard went to Pont-Aven, where he theorized a Cloisonnist style of painting bold forms separated by dark contours that somewhat influenced Gauguin. He also did sculpture and woodcuts and designed furniture and tapestries. As…

BERNARD Emile, 1890 - Un Bordel -   « Faire une peinture d’idées au rebours de la peinture naturaliste des impressionnistes, non par contradiction, mais par besoin de mon esprit… Comment représenter les choses ? ma réponse me parut simple. Puisque l’idée est la forme des choses recueillies par l’imagination, il fallait peindre, non plus devant la chose mais en la reprenant dans l’imagination qui l’avait recueillie, qui en conservait l’idée. » (Emile Bernard)

BERNARD Emile, 1890 - Un Bordel - « Faire une peinture d’idées au rebours de la peinture naturaliste des impressionnistes, non par contradiction, mais par besoin de mon esprit… Comment représenter les choses ? ma réponse me parut simple. Puisque l’idée est la forme des choses recueillies par l’imagination, il fallait peindre, non plus devant la chose mais en la reprenant dans l’imagination qui l’avait recueillie, qui en conservait l’idée. » (Emile Bernard)

BERNARD Emile,1891 - Moisson au Bord de la Mer - Detail 01 - « Faire une peinture d’idées au rebours de la peinture naturaliste des impressionnistes, non par contradiction, mais par besoin de mon esprit… Comment représenter les choses ? ma réponse me parut simple. Puisque l’idée est la forme des choses recueillies par l’imagination, il fallait peindre, non plus devant la chose mais en la reprenant dans l’imagination qui l’avait recueillie, qui en conservait l’idée. » (Emile Bernard)

BERNARD Emile,1891 - Moisson au Bord de la Mer - Detail 01 - « Faire une peinture d’idées au rebours de la peinture naturaliste des impressionnistes, non par contradiction, mais par besoin de mon esprit… Comment représenter les choses ? ma réponse me parut simple. Puisque l’idée est la forme des choses recueillies par l’imagination, il fallait peindre, non plus devant la chose mais en la reprenant dans l’imagination qui l’avait recueillie, qui en conservait l’idée. » (Emile Bernard)

BERNARD Emile,1891 - Moisson au Bord de la Mer - Detail 03 -   « Faire une peinture d’idées au rebours de la peinture naturaliste des impressionnistes, non par contradiction, mais par besoin de mon esprit… Comment représenter les choses ? ma réponse me parut simple. Puisque l’idée est la forme des choses recueillies par l’imagination, il fallait peindre, non plus devant la chose mais en la reprenant dans l’imagination qui l’avait recueillie, qui en conservait l’idée. » (Emile Bernard)

BERNARD Emile,1891 - Moisson au Bord de la Mer - Detail 03 - « Faire une peinture d’idées au rebours de la peinture naturaliste des impressionnistes, non par contradiction, mais par besoin de mon esprit… Comment représenter les choses ? ma réponse me parut simple. Puisque l’idée est la forme des choses recueillies par l’imagination, il fallait peindre, non plus devant la chose mais en la reprenant dans l’imagination qui l’avait recueillie, qui en conservait l’idée. » (Emile Bernard)

BERNARD Emile,1891 - Moisson au Bord de la Mer - Detail 06 -   « Faire une peinture d’idées au rebours de la peinture naturaliste des impressionnistes, non par contradiction, mais par besoin de mon esprit… Comment représenter les choses ? ma réponse me parut simple. Puisque l’idée est la forme des choses recueillies par l’imagination, il fallait peindre, non plus devant la chose mais en la reprenant dans l’imagination qui l’avait recueillie, qui en conservait l’idée. » (Emile Bernard)

BERNARD Emile,1891 - Moisson au Bord de la Mer - Detail 06 - « Faire une peinture d’idées au rebours de la peinture naturaliste des impressionnistes, non par contradiction, mais par besoin de mon esprit… Comment représenter les choses ? ma réponse me parut simple. Puisque l’idée est la forme des choses recueillies par l’imagination, il fallait peindre, non plus devant la chose mais en la reprenant dans l’imagination qui l’avait recueillie, qui en conservait l’idée. » (Emile Bernard)

BERNARD Emile,1891 - Moisson au Bord de la Mer - Detail 09 -   « Faire une peinture d’idées au rebours de la peinture naturaliste des impressionnistes, non par contradiction, mais par besoin de mon esprit… Comment représenter les choses ? ma réponse me parut simple. Puisque l’idée est la forme des choses recueillies par l’imagination, il fallait peindre, non plus devant la chose mais en la reprenant dans l’imagination qui l’avait recueillie, qui en conservait l’idée. » (Emile Bernard)

BERNARD Emile,1891 - Moisson au Bord de la Mer - Detail 09 - « Faire une peinture d’idées au rebours de la peinture naturaliste des impressionnistes, non par contradiction, mais par besoin de mon esprit… Comment représenter les choses ? ma réponse me parut simple. Puisque l’idée est la forme des choses recueillies par l’imagination, il fallait peindre, non plus devant la chose mais en la reprenant dans l’imagination qui l’avait recueillie, qui en conservait l’idée. » (Emile Bernard)

BERNARD Emile,1891 - Moisson au Bord de la Mer - Detail 10 -   « Faire une peinture d’idées au rebours de la peinture naturaliste des impressionnistes, non par contradiction, mais par besoin de mon esprit… Comment représenter les choses ? ma réponse me parut simple. Puisque l’idée est la forme des choses recueillies par l’imagination, il fallait peindre, non plus devant la chose mais en la reprenant dans l’imagination qui l’avait recueillie, qui en conservait l’idée. » (Emile Bernard)

BERNARD Emile,1891 - Moisson au Bord de la Mer - Detail 10 - « Faire une peinture d’idées au rebours de la peinture naturaliste des impressionnistes, non par contradiction, mais par besoin de mon esprit… Comment représenter les choses ? ma réponse me parut simple. Puisque l’idée est la forme des choses recueillies par l’imagination, il fallait peindre, non plus devant la chose mais en la reprenant dans l’imagination qui l’avait recueillie, qui en conservait l’idée. » (Emile Bernard)