« Lire Kapllani, c’est dire merde pour un moment aux pensées toutes faites et aux statistiques serinées au JT, ne plus penser en pourcentages et autres quotas pour regarder les hommes qui se cachent derrière. C’est être un peu plus humain soi-même » Bertrand Guillot

« Lire Kapllani, c’est dire merde pour un moment aux pensées toutes faites et aux statistiques serinées au JT, ne plus penser en pourcentages et autres quotas pour regarder les hommes qui se cachent derrière. C’est être un peu plus humain soi-même » Bertrand Guillot

« C’est un manuel de survie (...) Gazmend Kapllani analyse (...) cette position de l’immigré. Le miroir nous est tendu, l’image n’est pas très belle. » Christophe Dabitch, Le Matricule des Anges

« C’est un manuel de survie (...) Gazmend Kapllani analyse (...) cette position de l’immigré. Le miroir nous est tendu, l’image n’est pas très belle. » Christophe Dabitch, Le Matricule des Anges

« L’Enfer de Dante pour la génération MTV » Bono

« L’Enfer de Dante pour la génération MTV

« Le personnage aura-t-il le temps de profiter de son gain avant que l’amoncellement de biens matériels ne finisse par l’asphyxier ? C’est là tout le sujet de cet étonnant roman, qui prend une ampleur toute particulière une fois replacé dans le contexte de la crise financière grecque. » Librairie Au fil des mots

« Le personnage aura-t-il le temps de profiter de son gain avant que l’amoncellement de biens matériels ne finisse par l’asphyxier ? C’est là tout le sujet de cet étonnant roman, qui prend une ampleur toute particulière une fois replacé dans le contexte de la crise financière grecque. » Librairie Au fil des mots

« Un pamphlet hilarant contre l’illusion hédoniste (...) Le passé pèse lourd, la crise économique n’en finit pas, seule la poésie nous venge de nos malheurs... et c’est ainsi qu’un séjour raté en mer Egée peut donner un petit bijou d’humour et de concision. » Frédéric Beigbeder, Le Figaro Magazine

« Un pamphlet hilarant contre l’illusion hédoniste (...) Le passé pèse lourd, la crise économique n’en finit pas, seule la poésie nous venge de nos malheurs... et c’est ainsi qu’un séjour raté en mer Egée peut donner un petit bijou d’humour et de concision. » Frédéric Beigbeder, Le Figaro Magazine

« Tout en pointe sèche, il trace la carte superbement désorientée d’un jeune homme moderne dans un puzzle balkanique des frontières et des sentiments. » Emmanuel Lemieux - Les Influences

« Tout en pointe sèche, il trace la carte superbement désorientée d’un jeune homme moderne dans un puzzle balkanique des frontières et des sentiments. » Emmanuel Lemieux - Les Influences

La dernière page

La dernière page - Gazmend Kapllani - Intervalles

« C’est hilarant, plein de digressions... disert, compulsif. » Librairie L’établi

« C’est hilarant, plein de digressions... disert, compulsif. » Librairie L’établi

« Voilà qui est si rare : lire un livre d’aujourd’hui, pour aujourd’hui et pour après-demain – et qui ne veut rien annoncer, rien révéler mais qui parle, simplement, qui nous parle sans être empêtré dans quelque ‘’autofiction’’ pas plus que dans le ‘’document’’ ni dans une des poses du jour, ricanante ou évaporée. Bigre ! comme cet air frais vous réveille ! » Jean-Luc Nancy, Libération

« Voilà qui est si rare : lire un livre d’aujourd’hui, pour aujourd’hui et pour après-demain – et qui ne veut rien annoncer, rien révéler mais qui parle, simplement, qui nous parle sans être empêtré dans quelque ‘’autofiction’’ pas plus que dans le ‘’document’’ ni dans une des poses du jour, ricanante ou évaporée. Bigre ! comme cet air frais vous réveille ! » Jean-Luc Nancy, Libération

« Un road-movie halluciné vers une vérité... stupéfiante. » Jean-Luc Aubarbier - L’Essor salardais

« Un road-movie halluciné vers une vérité... stupéfiante. » Jean-Luc Aubarbier - L’Essor salardais


More ideas
Pinterest
Search