Un roman social, portrait d'une femme au bord du gouffre qui retrouve vie grâce à une mobylette bleue. Le travail comme thanatopractrice, l'amour. Si sa fin est tragique, Reine n'aura jamais cessé d'y croire, s'accrochant à son amour pour ses trois enfants. L'auteur sublime le réel, insère de la poésie dans la banalité du quotidien. Une femme attachante, un texte court, sensible et juste.

Critiques, citations, extraits de Femme à la mobylette de Jean-Luc Seigle. Je suis une `aficionada` de Jean-Luc Seigle... Sa sensibilité, ses thé...

3 périodes, 3 personnages, qui ns invitent à réfléchir sur le monde des abeilles. Une intrigue qui tient en haleine, une fiction richement documentée. Un roman sur les relations parents/enfants, qui distille un message écologique sans en avoir l’air, on est loin des leçons de morale, du jugement dramatique, et la fin est d’ailleurs résolument optimiste. De facture classique, la lecture est fluide et agréable. C’est original, crédible, un premier coup de maître pour cette auteure Norvégienne.

Présentation du livre de Maja LUNDE : Une histoire des abeilles, aux éditions Presses de la Cité : Un triptyque écologiste qui raconte l'amour filial à travers le destin des abeilles.

Manush est une vierge jurée, comme il en existe encore en Albanie. Elle a fait le choix de renoncer à son statut de femme pour échapper au mariage forcé, elle vit donc en homme, au sein d’une communauté rurale. Jusqu’à l’arrivée d’Adrian, pers. charismatique qui va réveiller en elle sa féminité si longtemps cachée, puis se dévoiler lui-même. Tantôt dur, tantôt profondément sensible, une langue poignante, un univers troublant, sombre. Une quête de liberté, d'être soi, portée par l'amour.

Elles ont fait le serment de renoncer à leur condition de femme. En contrepartie, elles ont acquis les droits que la tradition réserve depuis [...]

Un premier roman qualifié de poétique, de malicieux. J’ai aimé le style et cherché avec Victor les causes de ce phénomène hitchcockien de chutes d’oiseaux morts survenu en Normandie. Ms c’est inexplicable, début d’apocalypse sans doute. Une croisière de 5 jours vers son village d’enfance, renouer avec un père égaré ? Rien d’approfondi là non plus...Peut-être au moins le début d’une histoire d’amour avec la capitaine du bateau. Je reste perplexe. Un goût d’inachevé, de non-sens, qui m’a…

Vu dans la presse magazine et retrouvé grâce à Selectionnist – Découvrez si Pourquoi les oiseaux meurent Victor Pouchet est un must-have !

Venezuela, où ns suivons une famille sur trois générations. Ils sont planteurs de canne à sucre et vivent non loin d’un trésor supposé, celui du pirate Henry Morgan, dont le navire s’est échoué ici 300 ans plus tôt. Une intrigue riche en rebondissements, faite de chasse au trésor, d’imaginaire et de voyage. Un style fluide, une langue poétique. Et si l’or n’était pas sous terre, mais ds la nature, ds l’amour ? Un véritable coup de cœur. A consommer avec du vieux rhum et sans modération !

Critiques, citations, extraits de Sucre noir de Miguel Bonnefoy. L'histoire commence au sommet de la mangrove caribéenne où échoua nagu...

Les mots d'un enfant de 12 ans jugé déficient intellectuel. Une belle histoire d'amitié quand Shell rencontre Viviane, petite parisienne en vacances, «Sa Reine». Ensemble, ils réinventent le monde et, loin des adultes, Shell devient homme, trouvant enfin la considération qu’on ne lui a jamais donnée. Pour elle, il fera tout, même le plus fou…C'est poétique, délicat... On adhère ou pas. Si la fin peut sembler tragique, je retiens toute la beauté de cette rencontre adolescente, cette magie.

Les mots d'un enfant de 12 ans jugé déficient intellectuel. Une belle histoire d'amitié quand Shell rencontre Viviane, petite parisienne en vacances, «Sa Reine

Gabriële, leur arrière-grand-mère morte en 1985 à 104 ans, dont on ne leur a jamais parlé. Elle qui abandonna tout pour le peintre cubiste Francis Picabia en 1908. 11 ans ensemble, la création artistique, l'amitié avec Duchamp et Apollinaire. 4 enfants que le couple a élevé avec indifférence. Histoire d'amour un peu folle, comme Francis, histoire d'amitié, histoire de l'art. Sans être un coup de coeur, une belle découverte, un hommage à cette femme qui a préféré vivre ds l'ombre des…

Apprendre lors d’une exposition consacrée à Francis Picabia que ce célèbre peintre n’est autre que son arrière-grand-père n’est pas commun, c’est pourtant ainsi que les soeurs Berest ont pu reconstituer le chaînon manquant de leur arbre généalogique....

Erica, 50 ans, est veuve, mère "brisée" sans nouvelles de son fils Jimmy. Qd un jour, il réapparaît, lui demandant de l'aide. Au chômage, il erre, alcoolique, persuadé de n’avoir jamais été aimé parce qu’homosexuel. 2 voix pour un sujet peu réjouissant, heureusement porté par une écriture fluide et une note d’espoir. La vie de ts les jours, ses coups durs ms aussi ses instants de chaleur passés ensemble, autour d’un verre, d’une cigarette.

Brooklyn. C'est la maison pour William Boyle. Logique qu'il y installe, les personnages de Tout est brisé, son deuxième roman. Très attendu, le jeune auteur prend un contre-pied malin après l'excellent Gravesend. Il s'agit cette fois beaucoup moins de...

25 ans après la disparition de sa sœur, Benjamin est prêt à lever le voile sur ce passé trouble. Au fil de ses souvenirs ns découvrons les failles de cette famille bourgeoise si parfaite. Un rythme lent, un roman psychologique avant d’être un thriller ; le dénouement est d’ailleurs prévisible. On se laisse emporter par l’écriture onirique et la quête de Benjamin. Sans un être un coup de cœur, une lecture agréable sur le thème de la famille, des non-dits qui peuvent se révéler dévastateurs.

Lors d’un pique-nique au bord du lac Léman, Summer, dix-neuf ans, disparaît. Elle laisse une dernière image : celle d’une jeune fille blonde...

Des souvenirs d’enfance au cœur d’une famille populaire où seule la télévision ouvre vers l’extérieur. Éric se passionne pour Sheila, réalise alors son homosexualité. Des parents à l’esprit fermé, pleins de préjugés. Il y a du Eddy Bellegueule ds un style moins littéraire, plus direct. Tableau très réaliste des années 70 qui plaira à ts les nostalgiques. Cela manque un peu de consistance ms le tout se lit facilement, j’ai aimé le style, le ton tantôt drôle tantôt plus profond, lucide.

Comment s’affirmer quand on est enfant et que l’on sent sa différence ? Cette interrogation est au centre de ces deux romans de la rentrée l...

Pinterest
Rechercher